Accueil » Résidences artistiques

Résidences artistiques

La saison 2020-2021 de la Grange dîmière fera la part belle aux résidences artistiques. La période de confinement et la fermeture prolongée des lieux culturels a en effet fragilisé le secteur du spectacle vivant et empêché bon nombre d’artistes de travailler, de se retrouver sur une scène de théâtre et de développer leurs projets ensemble. Ces temps de travail sont indispensables au processus créatif, c’est pourquoi la Grange dîmière ouvre largement ses portes aux compagnies compagnies désireuses de travailler à leurs prochaines créations.

Durant la saison, toutes les disciplines au cœur du projet de la Grange dîmière seront représentées (théâtre, clown, chanson, marionnettes) afin de faire de ce lieu un endroit foisonnant de sensibilités et d’esthétiques variées. Certaines de ces résidences seront ouvertes au public (sous réserve de la réouveture du théâtre), nous vous tiendrons informés.

Chanson

Eskelina que nous devions accueillir en première partie de Lior Shoov en mars dernier, viendra travailler au plateau la sortie de son prochain album. Le groupe PMQ que nous avions reçu en 2018 en formule cabaret, revient peaufiner son nouveau répertoire avec sa gouaille sans pareille.

Léopoldine HH, que nous accueillerons en concert le 5 mars prochain (sous réserve), sera dans nos murs en les 10 et 11 février pour une résidence artistique.

Théâtre

Deux compagnies amies,  Cie Estrarre et le Liba Théâtre,  qui chacune à sa manière promeut un théâtre contemporain engagé et exigeant, viendront amorcer le travail au plateau de leurs futures créations : pour la Cie Estrare, ce sera “Débris” de Denis Kelly et pour le Liba théâtre “Sizwe Banzi is dead”, une pièce issue du théâtre clandestin de l’apartheid.

La compagnie Mare Nostrum qui propose un théâtre de l’intime sensible et joyeux  viendra travailler au plateau sa prochaine création “Et leur cerveaux qui dansent” sur les troubles pédo-psychologiques. Le théâtre de chair affinera dans nos murs son nouveau  projet sous forme de polar théâtral “Les fleurs de Macchabée”.

Clown

En avril, la nouvelle promotion des élèves de l’école de clown du Samovar viendra faire résonner de ses rires les murs de la grange dîmière pour un travail clownesque de haute volée. Le clown Lotto (un ancien du Samovar) quant à lui, développera son projet “LottoWitch” dans les différents espaces du théâtre. 

Marionnette

Nous continuons notre compagnonnage avec La palpitante compagnie autour de sa création du “Bon gros géant” de Roald Dahl, coproduit par la Grange dîmière qui l’accueillera sur scène en 2021-2022.

Actions culturelles

Portée par la volonté de l’équipe municipale, la Grange dîmière sensibilise chaque année les élèves des classes maternelles et élémentaires au spectacle vivant à travers une offre de spectacle dédiée, mutualisée depuis 4 ans avec le théâtre de Rungis.

Atelier marionnette
Cette année, les élèves de plusieurs classes élémentaires de la ville s’initieront en avril 2021 au jeu marionnetique avec Jessy Caillat, de la Palpitante compagnie, autour du spectacle Le Complexe de Chita qu’ils découvriront au cours du mois à la Grange dîmière.

Ateliers philo
En collaboration avec l’association Les petites lumières, d’autres élèves s’initieront en classe au débat philosophique autour des thèmes de la famille et de ses différents modèles abordés dans le spectacle Suzette Project, qu’ils découvriront en janvier 2021.

Spectacles en immersion dans les collèges

La reproduction des fougères
Ce spectacle hors les murs, créé par le collectif Les filles de Simone, sera présenté devant des classes de 4e et 3e des trois collèges de la ville en mars 2021.

Tout ce que les ados ont toujours voulu savoir sur le sexe (sans jamais oser le demander) !

Puberté, règles, genres, désir, consentement, réputation… Et si on parlait des corps autrement qu’en cours de SVT ? Après s’être attaquées aux carcans qui enserrent le corps féminin dans Les secrets d’un gainage efficace, Les Filles de Simone débarquent dans les collèges pour tenter d’aider les ados à se libérer du poids des tabous et des clichés. Dans cette petite forme théâtrale décalée, spécialement conçue pour répondre concrètement aux préoccupations des 13-15 ans, une comédienne et un comédien déconstruisent par le rire et la fiction les normes qui calibrent les façons d’être et de penser d’ados souvent mal informés. Et si l’éducation sexuelle est un enjeu de société, pourquoi ne pas la rendre ludique, inclusive, et carrément décomplexée ?